Historique des démarches entreprises par la Coopérative

Historique des démarches entreprises par la Coopérative depuis la dernière assemblée générale du 29 novembre 2009.

  1. Présentation sommaire de notre plan d’affaires à l’AGA de novembre 2009. Rappelons que notre plan d’affaire s’est construit à partir des états financiers du Mont Orford 2004-2005, des statistiques officielles du ski et en partie à partir des chiffres fournis par le rapport de la MRC (janvier 2009).
  2. Commence un travail particulièrement intense de rencontre le plus d’intervenants possibles pour leur expliquer notre projet, pour leur faire comprendre la structure et les avantages d’une coopérative pour essayer d’impliquer le plus de gens possibles. Nous l’avons répété partout : une coopérative est la structure idéale Rencontre avec la mairesse de Magog en décembre : elle est vite convaincue que le modèle coopératif est la solution pour la montagne. Elle nous demande de lui fournir deux documents : 1- les paramètres qui devraient apparaître dans l’appel d’offres qui seraient favorables à la coop (parce que la mairesse devait rencontrer la ministre dans les jours qui suivaient, ce qui fut fait) 2- les arguments qu’elle doit utiliser pour convaincre son conseil de ville et les intervenants économiques de la ville et de la région. Madame la mairesse est très enthousiaste.
  3. Rencontre avec la ville de Magog – la Chambre de commerce – Organisation du Centre ville (le 11 janvier 2010)
  4. Début février 4 rencontres sont prévues pour rencontrer le plus d’employés de la montagne possible pour leur expliquer le projet : le 2 février (8 :30 et 19 :00) ainsi que le 12 février. Quatre personnes sont venues!
  5. 8 ou 11 février 2010 : rencontre de nouveau avec la mairesse : semaine suivant l’annonce du conseil de Ville qui appuie unanimement la structure et les principes de la coop.
  6. Rencontre le 7 mars avec le groupe de vision Magog-Orford.
  7. Participation le 24 février 2010 à une table ronde télévisée organisée par Cogéco Cable à la montagne avec Vision Magog-Orford, Orford 9-1-1, Vertendre, Chambre de commerce, SOS Parc Orford et la coop
  8. Conférence à un déjeuner causerie de la chambre de commerce le 16 mars 2010. L’événement réunissait 70 personnes. De nouveaux membres se sont publiquement manifestés : Auberge Chéribourg, Estrimont et Le Vieux Clocher.
  9. Présentation de l’appel d’offres de la ministre à Orford le 23 mars 2010-05-09. La coopérative semble être l’organisation qui rallie le plus de monde que nous sentons de plus en plus convaincu.
  10. Offre d’un cautionnement de $4 M par M. Michel Tessier de Assurancia le 17 avril. On nous parle d’un coût de $40,000 par année. Nous avons besoin d’une garantie de la Ville de Magog, ce qu’elle refuse. Dans une offre subséquente de M. Tessier le coût annuel du cationnement est porté à 50 000$.
  11. Rencontre avec madame Brigitte Marchand DG de la montagne et du golf et M. Vincent Renaud, président de SOROMA pour voir la possibilité avec eux que Soroma et madame Marchand continuent à être les gestionnaires de la montagne et du golf avec la coop. Les deux semblent très ouverts. Les possibilités de s’associer à SOROMA et à l’équipe de gestion actuelle sont réelles.
  12. Rencontre avec le président de la fédération régionale de Desjardins M. Denis Paré (#2 au mouvement Desjardins) et ainsi que son DG, M. Richard Lacroix pour regarder la possibilité que Desjardins soit l’organisation qui nous permette le cautionnement de $4M. Nous privilégions Desjardins. On nous a dit plus tard que Desjardins ou ces filiales ne peuvent répondre à notre demande.
  13. Visite et présentation des états financiers de la part du MDDEP à tous les soumissionnaires intéressés, le 8 avril 2010. Première divulgation des chiffres d’exploitation de la montagne et du golf. Aucun document papier n’est remis aux participants.
  14. Peu à peu les chiffres officiels sortent par des ADDENDAS reçus par le MDDEP. Les états financiers annuels internes et vérifiés pour les exercices terminés les 31 mai 2008 et 2009 nous ont été transmis avec l’ADDENDA # 2 le 12 avril 2010. Cet addenda contenait aussi les résultats internes pour la période de 8 mois terminée le 31 janvier 2010 et les prévisions budgétaires originales et révisées pour l’exercice devant se terminer le 31 mai 2010.
  15. Rencontre avec M. Marc Bellemare de la FTQ et M. Pascal Tachereau (président des deux syndicats à la montagne) le 19 avril 2010. Selon eux, il ne faut pas penser à réduire les salaires. Au mieux, on peut envisager une réorganisation du travail. Les employés semblent disposés. Rien cependant ne semble attirer les employés à être membres de la coop.
  16. Les 20 et 21 avril a lieu la Commission parlementaire à Québec sur la loi 90. Tout le discours est orienté systématiquement sur les chaises d’accommodement et les possibles complexes immobiliers qui viendraient résoudre pour de bon les difficultés financières de la montagne. À partir de ce moment, on ne parle plus que des chaises et des projets immobiliers. Virement inattendu important : sans trop savoir pourquoi, on commence à ignorer la coop.
  17. Le 16 avril rencontre entre la Coop et Soroma à Montréal où Soroma manifeste une ouverture à être le gestionnaire de la montagne pour de la coop et ils sont même disposés à nous aider à l’écriture de la soumission en réponse à l’appel d’offres. Nous apprenons par contre que Soroma a un contrat d’exclusivité avec Vertendre qui veut cependant établir un partenariat avec la Coop.
  18. Le 26 avril 2010 a lieu une conférence téléphonique importante pour comprendre ce qu’entendent Soroma et Vertendre avec l’idée de partenariat. Au préalable nous leur avons fait parvenir un document leur expliquant clairement que la strucutre coopérative leur permet, en étant membre, de participer à la gestion. C’est la forme de partenariat qui est la plus logique pour la coop. Mais la discussion nous a vite fait comprendre que ce que souhaitait Vertendre c’était de constituer une OBNL où la coop serait un membre, Soroma un deuxième (ce que Soroma a démenti par la suite. Ils veulent seulement être gestionnaire et non parteraire) et Vertendre, le troisième joueur. Mais Vertendre ne veut pas investir et ne veut pas prendre le risque de la gestion de la montagne. Ils veulent le pouvoir sans l’investissement et le risque! Évidemment la coop refuse net.
  19. Le 29 avril, conférence de presse conjointe sur le fonds de relance. La région demande à la ministre de considérer le fait que leurs demandes de liens de chaises pour favoriser l’immobilier qui sera le sauveur de la montagne… dans 5 ou 6 ans!
  20. Avec les chiffres que nous avons peu à peu, Richard construit notre cadre financier qui démontre un déficit structurel de plus de $1M par année.
  21. Le 1er mai, M. Parent architecte à la retraite et membre de la coop nous présente les chiffres officiels realtifs aux immobilisations et en particulier en ce qui a trait aux bâtiments et les travaux importants à faire : il faut investir + ou – 11M$ en cinq ans ( 9,8M$ avant TPS et TVQ ). Ce qui se rajoute au déficit déjà calculé.
  22. Au moment d’écrire ces lignes, nous connaissons les équipements de la montagne et du golf mais nous n’avons pas concrètement les chiffres pour bien saisir les investissements en immobilisations à faire en ce qui a trait aux équipements (chaises, BR, motoneiges, etc.). Une rencontre est prévue le 18 mai à la montagne, 10 jours avant la fermeture de l’appel d’offres.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :